22 février 2009

Découverte

J'ai découvert il y a quinze jours Maggie Taylor.
Il s'agit d'une artiste américaine dont j'adore l'univers onirique, imaginaire, surréaliste (?). Ses travaux ressemblent à du collage (à la Prévert), de la photographie et de la peinture (Magritte). En fait elle mélange tout et travaille l'ensemble sur Photoshop ou Lightroom. Elle a réalisé de jolies pièces pour une édition d'Alice au pays des Merveilles...
Si ça vous botte visitez le site de cette diplômée de Yale !

http://www.maggietaylor.com/

20 février 2009

Guillon, Guillon, Guillon !

Depuis 2 jours, les médias mènent le procès GUILLON contre DSK !
La polémique n'a pu vous échapper... mais si jamais :
Guillon dans un sketch à se tordre de rire (diffusé à 7h55 sur France Inter) se moque de DSK-le-queutard*... comme à l'accoutumé il surfe sur le fil du rasoir, c'est hilarant de provoc', d'autant que DSK est sur le plateau. Il attend son tour de parole, puis prend le micro et dit : "l'humour c'est pas drôle surtout lorsque c'est méchant".
Alors là, je dis BRAVO ! C'est lui qui fait des saloperies et c'est Guillon qui doit rougir ?
On aura tout vu ! Quel naze ce DSK !
S'il n'avait rien dit, personne n'aurait relevé ce gag méga caustique... mais justement ça aurait été un problème non ? Que ça passe inaperçu ? Ben oui, le vieux singe, il s'dit "tiens tiens, j'vais récupérer la chose à mon avantage... ".
Vraiment minable DSK !
Quant à toi Stéphane, continue surtout, tu es un digne fils de DESPROGES !


*Ce jour-là, Guillon invente une procédure imaginaire d’évacuation (avec sirène à l’appui) de toute la gent féminine de France Inter au cas où la «bête» DSK, à peine remise de son aventure avec une ex-employée du FMI, se «réveillerait». in libération.fr

19 février 2009

Recette à tester*

* J'ai trouvé ça sur le net, un essai s'impose...
Promis les miennes seront plus belles !
Tranches dorées
ou le souvenir des balades du dimanche dans l’arrière pays varois

Ingrédients

- Morceaux de croissants ou de brioche rassis
- 1/2 blanc d’oeuf (quitte à rajouter un peu au besoin)
- 150 grammes de sucre glace
- 1 filet de jus de citron

Couper les morceaux de brioches en tranches fines de 1 cm. Laissez sécher à l’air libre pour rassir les faces. Préparer la glace royale en mélanger les 3 ingrédients.
Ajouter progressivement les éléments jusqu’à l’obtention d’une consistance pâteuse. Etaler au couteau sur les tranches de brioche. Laisser sécher à nouveau puis cuire à four chaud (180°) sur une plaque épaisse. Surveillez la cuisson, elle ne prend que quelques minutes (une dizaine), lorsque la surface des tranches blondit.

18 février 2009

Jumelles magiques !

Si le monde pouvait être vu
à travers des macarons...
Photo de commande à Juju.

15 février 2009

Prévoyez les tomates

2 heures 40. C'est la durée du film L'étrange histoire de Benjamin Button, énorme navet comme en en voit rarement dieu merci !
Pendant le film on a le temps (forcément) de penser à peu près à tout, notamment au temps perdu, au repas du soir, et à c'qu'on fera c'week end... "pourquoi pas faire un stock de tomates à balancer sur le prochain film nullissime que l'on verra ?"

10 février 2009

Des Gens

Ce soir nous allons au théâtre voir la pièce de Zabou Breitman Des gens. Elle a monté cette pièce après avoir visionné Urgences et Faits divers de Raymond Depardon.
Trop hâte de voir Zabou, que j'apprécie de plus en plus ces derniers temps. Elle est tellement parfaite dans les rôles qu'elle incarne. Elle est aux côtés de Laurent Laffitte, un comédien qui monte dit-on.
... à suivre, je ferais un petit commentaire demain !

Retour.
Très bien.
Zabou a vraiment bien fait de passer du côté de la mise en scène ! Les saynètes font rire, mais le rire est un peu contenu. Nous sommes dans un hôpital psychiatrique ou un quelque chose de similaire. Tous les patients mimés sont vrais... Le passage par la fiction est une illusion, comique. Ouf ! On passe une bonne soirée !

09 février 2009

08 février 2009

Uka lele

L'autre soir sur la vitrine d'une boutique rue de Montreuil, je vois cette affiche.
FLASHBACK incroyable ! 
La partie droite de la composition est un portrait que j'ai étudié en classe de seconde... en cours d'Espagnol. Ayant une mémoire éléphantine (c'est plus amusant que d'éléphant), je n'avais donc ni oublié le portrait, ni le nom de l'artiste : Uka lele. Faut dire que cette photographie ne m'avait pas laissée indifférente à l'époque. Je la trouvais jolie, très Pop Art. Ce compromis entre Wesselmann et Pierre et Gilles, ça me plaisait bien ! 
Ca fait tout drôle que cette oeuvre soit "revenue" à moi. Je ne suis pas du genre à croire aux signes, mais j'adore les coïncidences ! 
Pas sûr que j'ai le temps d'aller voir l'expo en question, même si c'est juste à Ménilmontant... alors je punaise l'affiche sur mon blog. 

Expo : Photo+graphisme
Du 15 janvier au 25 avril 2009 / Pavillon carré de Beaudouin, 119-121 rue de Ménilmontant, Paris 20

07 février 2009

Dharavi

Depuis la sortie du très décevant Slumdog Millionnaire de Danny Boyle, le "tout Paris" découvre Dharavi, le bidonville géant en plein coeur de Mumbai, dont j'avais mis une photo d'ailleurs il y a quelques semaines sur ce blog.
Il y a trois jours j'écoutais une chronique sur France Inter, dans laquelle la journaliste (dont Isabelle Giordano dit qu'elle est "tombée amoureuse de Dharavi" après avoir vu le film, je cite ladite chroniqueuse, "que TOUT le monde a adoré" : ça commence mal !) faisait l'éloge de l'organisation sociale de Dharavi, où tout est fondé sur l'entraide, sur l'activité (mondialisée par le bas) du recyclage de matériaux, blablabla... Elle expliquait exemple à l'appui, que des boyaux de chèvre étaient transformés en fil de suture pour la firme américaine Johnson & Johnson et qu'en un mot c'est trop cool Dharavi, une sorte d'endroit en avance sur le monde et ayant carrément digéré les préceptes du développement durable !
Et les images ultra léchées de Dany Doyle, qui filme sublimement le bidonville (il réussit ça, sinon le scénario), nous feraient presque croire elles aussi qu'on a trouvé le paradis sur terre !
Moi, je gueule toute seule dans ma voiture : "Personne qui lui répond à c'te nana ? Ils font quoi les autres là, ils l'écoutent juste débiter ses conneries ?". Parce qu'attention, cerise sur le gâteau, la fine journaliste conclut par donner l'adresse d'un site internet de soutien à la population du bidonville. En effet, métropolisation oblige, Mumbaï se modernise et s'agrandit... du coup les autorités municipales cherchent à reprendre la main sur le territoire du bidonville (qui vaut de l'or) de sorte qu'une partie du centre d'affaire puisse y trouver une place. Du coup, il faut sauver le bidonville nous dit-elle ! Et pourquoi pas non plus le classer au patrimoine mondial de l'UNESCO tant qu'on y est !
Après le passage "vive les multinationales qui font vivre Dharavi" (quelles philanthropes hein ?) et le plaidoyer pour conserver le bidonville c'en est trop ! Au secours !! Ils sont formés à quelle école ces journalistes ?? Comment est-ce possible de se laisser gagner par le pathos au point d'en perdre tout recul ?
Cela me confirme (avec ma propre expérience chez M6) que les médias donnent vraiment la parole à des amateurs !